Et si le 2e tunnel de la Croix-Rousse ouvrait les souterrains aux Lyonnais?

Dans son édition du 20 octobre, le Progrès confrontait de manière équitable les différents points de vue des forces en puissance dans le dossier des "arêtes de poisson" et plus généralement des souterrains lyonnais :

  • les cataphiles et autres passionés dans lequels nous nous retrouvons, qui défendent un patrimoine auquel ils sont attachés et qu’ils veulent faire découvrir au plus grand nombre
  • de l’autre coté, les autorités, qui avancent notamment des arguments de sécurité, et qui rappellent que ce patrimoine est, dans la mesure du possible, préservé de la destruction.

A lire : extrait de l’édition du 20/10/2007 du Progrès de Lyon